Q-Park, l’opérateur de parkings qui boost la mobilité urbaine

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Q-Park : Les stationnement serein dans les centres urbains

WeHost Q-Park

Le stationnement est devenu un stress permanent. En moyenne, un conducteur français circule 20 minutes pour trouver une place en voirie dans un centre urbain. À tout instant, c’est un véhicule sur cinq qui est en recherche d’un endroit où se garer. C’est donc dans un secteur en pleine ébullition que Q-Park dessine sa vision du stationnement en ville : des parkings simples d’accès, situés à proximité des lieux d’intérêt, et pour des prix compétitifs. Portrait d’un groupe à l’ambition européenne qui a fait de la mobilité urbaine le moteur de son développement.

La promesse de Q-Park : un stationnement plus serein

S’il fallait condenser toute l’ambition de Q-Park en une formule, ce pourrait être celle-ci : proposer aux automobilistes des solutions de stationnement de haute qualité en centre-ville. Grâce à une offre de parkings stratégiquement situés au cœur des grandes agglomérations, le groupe entend améliorer la mobilité en garantissant l’accès à des infrastructures qualitatives et propres, en assurant la sécurité des utilisateurs, et en transformant ce qui est aujourd’hui une source de stress – la recherche d’une place de stationnement – en une opération rapide, simple et pratique. Pour remplir ces missions, Q-Park s’appuie sur trois principes cardinaux : l’accueil, le confort et la fiabilité.

Le rôle de Q-Park s’inscrit dans un contexte de mutation du secteur du stationnement. Celle-ci doit autant aux innovations technologiques (l’essor du numérique) qu’aux évolutions législatives (à l’image de la loi sur la modernisation de l’action publique territoriale – MAPTAM – qui a décentralisé le stationnement payant en 2018). Cette mutation a eu trois conséquences majeures :

  • La digitalisation des offres de stationnement en voirie (systèmes de réservation et de paiement en ligne, contrôle automatisé…).
  • La reprise en main de la gestion du stationnement urbain par les collectivités locales (incitées à tisser des partenariats).
  • La création de nouvelles offres de stationnement au cœur des villes afin de proposer aux automobilistes des alternatives pertinentes, alors que les règles qui encadrent l’arrêt et le stationnement en ville n’ont cessé de se renforcer.
 
C’est au croisement de ces évolutions que Q-Park a placé son action. Le groupe crée des infrastructures dédiées au stationnement ou acquiert des parkings existants pour les transformer, assure la gestion de ces infrastructures, propose des services digitalisés de réservation, et tisse des partenariats avec les collectivités, les promoteurs et les aménageurs dans une démarche d’amélioration continue de la mobilité urbaine.

Q-Park : un groupe européen en plein développement

La petite entreprise hollandaise, fondée en 1998, s’est rapidement transformée en l’un des opérateurs de stationnement les plus importants du marché européen. En moins de deux décennies, Q-Park s’est transformé en un groupe d’ampleur européenne, comprenant 1 800 collaborateurs, et gérant 3 000 parkings répartis dans sept pays pour un total de 570 000 places de stationnement. Leader en Belgique, en Hollande et en Irlande, numéro deux au Danemark et en France, Q-Park fait partie du Top 5 européen des entreprises privées du secteur.

Ce développement ne doit rien au hasard. Au contraire, il repose sur l’expertise et la qualité du groupe, mais aussi sur sa réactivité et sa capacité d’adaptation – essentielles dans un secteur qui évolue très vite.

La France est un exemple canonique des étapes de ce développement rapide. En 2002, Q-Park rachète ParcoFrance (propriété de Bouygues) qui compte alors 70 collaborateurs et gère 70 000 places de stationnement, puis acquiert successivement Sérimo en 2003 et Epolia en 2008. Aujourd’hui, la filiale française du groupe dispose d’un parc de 200 parkings dans 70 villes, pour un total de 105 000 places ; elle compte 300 collaborateurs et 47 000 abonnés à son service ; et elle a généré 132 millions de chiffre d’affaires en 2019.

La réservation en ligne : un service pensé pour les automobilistes

La croissance exponentielle de Q-Park s’explique aussi par la volonté du groupe de saisir les opportunités liées aux innovations technologiques. Les parkings Q-Park ont ainsi été parmi les premiers à proposer un service de réservation en ligne très poussé. Avec de multiples avantages pour les automobilistes : choix de la durée de réservation et du type de forfait (« Onepass » pour une seule entrée/sortie, « Multipass » pour plusieurs entrées/sorties), pas d’engagement, disponibilité de la place garantie (même si le parking affiche complet), système d’abonnement, tarifs attractifs et offres promotionnelles fréquentes.

Comme d’autres acteurs innovants de la mobilité ou de l’hôtellerie (à l’image de ce que fait WeHost dans le domaine de l’hébergement touristique), Q-Park a donc bâti sa stratégie de développement sur trois piliers :

  • La proximité (une implantation sur l’ensemble du territoire, en particulier dans les grandes villes),
  • L’accessibilité du service (rendue possible par une gestion en grande partie digitale),
  • La réponse à des problématiques quotidiennes très concrètes (stationner en cœur de ville sans s’arracher les cheveux).
 
En somme, Q-Park a bien compris que ce sont de « petites » avancées (comme de simplifier l’accès au stationnement urbain) qui font les grandes (r)évolutions.